DBS Interview Développement de l'entreprise

Prix de l'innovation DBS 2022 - La date limite d'inscription est déjà ce vendredi! Envoyez-nous dès maintenant votre idée ou votre réalisation sur le thème de l'innovation et participez au concours avec votre équipe.

Vous trouverez de plus amples informations ici:
Lien vers le site web

La série de blogs "DBS Innovation Impuls" met en lumière des thèmes liés à l'innovation dans le commerce des matériaux en bois. Avec un regard extérieur, des experts sur des thèmes spécifiques donnent des pistes de réflexion et des inspirations pour le développement de la branche.

Interview @André Fischer , Développement de l'entreprise | Chef de projet Prix de l'innovation DBS 2022

"L'innovation concilie les objectifs écologiques et économiques

Quelles opportunités les thèmes de l'économie circulaire et de la durabilité offrent-ils au commerce des matériaux en bois dans le développement de l'innovation? Dans une interview d'experts avec la Haute école spécialisée bernoise HESB, l'Association suisse des matériaux dérivés du bois (DBS) se penche sur cette question. La HESB sera l'invitée du salon de la branche DBS Meet-In le 4 mai 2022 avec un exposé spécialisé sur ces thèmes.

L'innovation dans le contexte de la durabilité et de l'économie circulaire gagne fortement en importance pour les matériaux en bois. Quelles sont les tendances auxquelles la HESB s'intéresse actuellement à cet égard?

Heiko Thömen: Au sein du département Architecture, bois et génie civil (ABGC) de la HESB, la durabilité et l'économie circulaire constituent le point fort interdisciplinaire de la recherche et de l'enseignement. Au niveau du Master Wood Technology, du Bachelor en technique du bois et du technicien/ne ES en technique du bois, nous traitons par exemple des thèmes tels que l'écodesign, les matériaux biosourcés issus de matières premières renouvelables ou l'analyse du cycle de vie. À partir de l'automne, la HESB lancera en outre la filière de master "Circular Innovation and Sustainability", qui dépasse le cadre des départements. La Haute école spécialisée bernoise (HESB), et plus particulièrement la section Bois, y est fortement impliquée.

Thomas Volkmer: Les thèmes de l'économie circulaire et de la durabilité illustrent très bien le lien entre la recherche et l'enseignement avec des contenus concrets pertinents pour la pratique. La réduction des émissions des matériaux à base de bois constitue un point fort de la recherche. 

Pouvez-vous citer des exemples de solutions actuellement étudiées par la HESB à cet égard?

Thomas Volkmer: Avec plaisir. Nous faisons de la recherche sur des systèmes de colles à utiliser comme liant dans les matériaux en bois ou pour des applications constructives dans la construction en bois. Un objectif essentiel est de réduire les émissions pendant la transformation et l'utilisation. Outre la durabilité, il s'agit ici également de santé et de qualité de l'habitat. Par ailleurs, la valorisation des résidus de bois et des assortiments de bois tels que l'écorce, les petites branches ou les aiguilles constitue un autre domaine de recherche. Jusqu'à présent, ces matières premières n'avaient guère de valeur ajoutée. Il s'agit ici d'une part de ménager la ressource bois et d'autre part de l'utiliser efficacement. Particulièrement intéressant : outre l'utilisation pour des éléments constructifs pour la construction, il s'agit désormais aussi d'exploiter le potentiel pour des applications chimiques dans le développement de colles et de vernis. Et ce, toujours dans le but d'utiliser le bois des forêts indigènes de manière efficace en termes de ressources à tous les niveaux. Les résidus de bois ne doivent plus être directement brûlés, mais leur cycle de vie doit être prolongé par une utilisation intermédiaire dans un produit. Il y a encore beaucoup de potentiel dans ce domaine à l'avenir.

Heiko Thömen: Je suis d'accord avec cela. La capacité de recyclage des produits doit être nettement améliorée dans le domaine du bois. Nous devons être honnêtes et admettre que les métaux, par exemple, ont encore un net avantage. Dans le domaine des matériaux en bois, le panneau de particules est encore pratiquement le seul produit du marché de masse à pouvoir absorber de grandes quantités de bois usagé. Dans les années à venir, il s'agira de créer de nouveaux circuits pour d'autres produits comme les panneaux de fibres de bois.

Dans le contexte de la durabilité, où voyez-vous les principaux moteurs d'innovation dans l'environnement de marché?

Thomas Volkmer: Nous observons que les entreprises réalisent de plus en plus que la conscience écologique de la population et donc des clients augmente. Les clients attendent de la durabilité et demandent donc de plus en plus de produits et de bâtiments durables.  Et cela entraîne à son tour une poussée d'innovation. L'écologie et la régionalité sont aujourd'hui des arguments de plus en plus importants pour le marketing.

Heiko Thömen: Je constate que l'écologie est de plus en plus perçue par la génération Y et Z comme une solution aux problèmes et non comme un style de vie. Les clients veulent de plus en plus prendre des décisions basées sur des indicateurs. En plus d'un bon sentiment, ils veulent pouvoir inclure des évaluations écologiques compréhensibles dans leur processus de décision. Est-ce que je construis une maison en bois ou est-ce que je mise sur une construction en dur ? Les maîtres d'ouvrage doivent pouvoir prendre cette décision sur la base de chiffres objectifs. Pour cela, il faudra à l'avenir des labels plus compréhensibles et plus standardisés. 

Quel est le rôle des concurrents en tant que moteurs de l'innovation?

Thomas Volkmer: Une très grande! Depuis plusieurs années, la concurrence entre les matériaux de construction est intense. La concurrence avec la construction massive stimule fortement l'innovation dans le domaine des matériaux en bois et de la construction en bois. Les tours en bois en sont un exemple ; il y a quelques années, c'était encore presque impensable. Aujourd'hui, c'est une réalité. Cette lutte concurrentielle va probablement encore s'intensifier à l'avenir. D'une part, en raison de la pression sur les prix et, d'autre part, en raison des alternatives innovantes aux matériaux en bois, comme par exemple les Woodplastic Composites dans le domaine des terrasses.

Birgit Neubauer Letsch: J'observe aussi que les collaborateurs des entreprises font avancer l'innovation. Ils apprennent ici à la HESB tout ce qu'il est possible de faire avec le bois et transmettent ces connaissances aux entreprises. Ils assument ainsi une importante fonction de sensibilisation.

L'innovation permettra-t-elle à l'avenir de concilier encore mieux les objectifs écologiques et économiques?


Thomas Volkmer: La compatibilité de ces deux objectifs est obligatoire. Les considérer séparément ne fonctionnera plus. L'innovation constitue donc l'élément unificateur. Les réactions actuelles de l'industrie le confirment. Ils montrent que les clients sont prêts à payer un prix plus élevé si le produit leur offre une valeur ajoutée significative. C'est donc une chance pour les entreprises d'associer la nécessité écologique à de bonnes caractéristiques de produit afin de pouvoir positionner un produit à un prix plus élevé sur le marché. 

Heiko Thömen: Outre le client, la politique est également sollicitée. Car si nous revenons à l'exemple des panneaux de particules, nous constatons aujourd'hui que les clients ne sont pas encore prêts à payer plus cher simplement parce que le panneau de particules contient du bois recyclé. D'autant plus que le client ne perçoit souvent pas visuellement le produit utilisé. Le fait est que les coûts environnementaux doivent être intégrés dans de tels produits. Le marché libre n'y parviendra pas seul. C'est pourquoi il faut des dispositions réglementaires, mais aussi de l'innovation, pour relever ces défis écologiques et économiques. C'est à nous, scientifiques, de trouver des solutions en collaboration avec les entreprises.

Quelles sont les opportunités et les risques pour le commerce des matériaux en bois à cet égard?

Thomas Volkmer: Une opportunité concrète pourrait s'offrir aux entreprises commerciales dans le domaine des matériaux d'emballage. De la mise à disposition sur le chantier à l'élimination et au recyclage, les entreprises commerciales pourraient marquer des points avec des solutions innovantes. En ce qui concerne la Suisse et l'Europe, je vois des risques dans la pénurie croissante de main-d'œuvre qualifiée. En effet, l'innovation conduit de plus en plus à une évolution vers la haute technologie. Cela entraîne des exigences encore plus élevées en matière de recrutement et de développement des collaborateurs. 

Birgit Neubauer Letsch: Selon moi, les matériaux en bois offrent également des opportunités en termes de pénurie de main-d'œuvre qualifiée. En effet, nous observons de plus en plus souvent dans nos cours pour spécialistes du bois que les participants viennent à l'origine d'autres branches du commerce et qu'ils passent à la branche des matériaux en bois avec la formation continue. Ils reconnaissent les opportunités offertes par la durabilité accrue des produits. Cela peut augmenter l'attractivité pour les personnes compétentes qui changent d'orientation et c'est une chance pour le secteur car, outre la fonction commerciale, le conseil spécialisé devient encore plus important. Les entreprises doivent pouvoir offrir une plus-value différenciatrice grâce à des collaborateurs hautement formés. Le domaine de la formation et de la formation continue restera donc à l'avenir un facteur de succès central. 

Légende de la photo Figure: Thomas Volkmer, intervenant au Meet-In 4. mai 2022

HWS
Radgasse 3
8005 Zürich
HWS HOLZWERKSTOFFE SCHWEIZ | FACHVERBAND DES HANDELS
DBS DERIVES DU BOIS SUISSE | ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DU NEGOCE
MLS MATERIALI A BASE DI LEGNO IN SVIZZERA | ASSOCIAZIONE COMMERCIALE
Verband Holzwerkstoffe Schweiz (HWS) ©2021 / Design und Realisierung by FREI connect AG
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram