Prix de l'innovation DBS 2022 - La date limite d'inscription est déjà ce vendredi! Envoyez-nous dès maintenant votre idée ou votre réalisation sur le thème de l'innovation et participez au concours avec votre équipe.

Vous trouverez de plus amples informations ici:
Lien vers le site web

La série de blogs "DBS Innovation Impuls" met en lumière des thèmes liés à l'innovation dans le commerce des matériaux en bois. Avec un regard extérieur, des experts sur des thèmes spécifiques donnent des pistes de réflexion et des inspirations pour le développement de la branche.

Interview @André Fischer , Développement de l'entreprise | Chef de projet Prix de l'innovation DBS 2022

"L'innovation concilie les objectifs écologiques et économiques

Quelles opportunités les thèmes de l'économie circulaire et de la durabilité offrent-ils au commerce des matériaux en bois dans le développement de l'innovation? Dans une interview d'experts avec la Haute école spécialisée bernoise HESB, l'Association suisse des matériaux dérivés du bois (DBS) se penche sur cette question. La HESB sera l'invitée du salon de la branche DBS Meet-In le 4 mai 2022 avec un exposé spécialisé sur ces thèmes.

L'innovation dans le contexte de la durabilité et de l'économie circulaire gagne fortement en importance pour les matériaux en bois. Quelles sont les tendances auxquelles la HESB s'intéresse actuellement à cet égard?

Heiko Thömen: Au sein du département Architecture, bois et génie civil (ABGC) de la HESB, la durabilité et l'économie circulaire constituent le point fort interdisciplinaire de la recherche et de l'enseignement. Au niveau du Master Wood Technology, du Bachelor en technique du bois et du technicien/ne ES en technique du bois, nous traitons par exemple des thèmes tels que l'écodesign, les matériaux biosourcés issus de matières premières renouvelables ou l'analyse du cycle de vie. À partir de l'automne, la HESB lancera en outre la filière de master "Circular Innovation and Sustainability", qui dépasse le cadre des départements. La Haute école spécialisée bernoise (HESB), et plus particulièrement la section Bois, y est fortement impliquée.

Thomas Volkmer: Les thèmes de l'économie circulaire et de la durabilité illustrent très bien le lien entre la recherche et l'enseignement avec des contenus concrets pertinents pour la pratique. La réduction des émissions des matériaux à base de bois constitue un point fort de la recherche. 

Pouvez-vous citer des exemples de solutions actuellement étudiées par la HESB à cet égard?

Thomas Volkmer: Avec plaisir. Nous faisons de la recherche sur des systèmes de colles à utiliser comme liant dans les matériaux en bois ou pour des applications constructives dans la construction en bois. Un objectif essentiel est de réduire les émissions pendant la transformation et l'utilisation. Outre la durabilité, il s'agit ici également de santé et de qualité de l'habitat. Par ailleurs, la valorisation des résidus de bois et des assortiments de bois tels que l'écorce, les petites branches ou les aiguilles constitue un autre domaine de recherche. Jusqu'à présent, ces matières premières n'avaient guère de valeur ajoutée. Il s'agit ici d'une part de ménager la ressource bois et d'autre part de l'utiliser efficacement. Particulièrement intéressant : outre l'utilisation pour des éléments constructifs pour la construction, il s'agit désormais aussi d'exploiter le potentiel pour des applications chimiques dans le développement de colles et de vernis. Et ce, toujours dans le but d'utiliser le bois des forêts indigènes de manière efficace en termes de ressources à tous les niveaux. Les résidus de bois ne doivent plus être directement brûlés, mais leur cycle de vie doit être prolongé par une utilisation intermédiaire dans un produit. Il y a encore beaucoup de potentiel dans ce domaine à l'avenir.

Heiko Thömen: Je suis d'accord avec cela. La capacité de recyclage des produits doit être nettement améliorée dans le domaine du bois. Nous devons être honnêtes et admettre que les métaux, par exemple, ont encore un net avantage. Dans le domaine des matériaux en bois, le panneau de particules est encore pratiquement le seul produit du marché de masse à pouvoir absorber de grandes quantités de bois usagé. Dans les années à venir, il s'agira de créer de nouveaux circuits pour d'autres produits comme les panneaux de fibres de bois.

Dans le contexte de la durabilité, où voyez-vous les principaux moteurs d'innovation dans l'environnement de marché?

Thomas Volkmer: Nous observons que les entreprises réalisent de plus en plus que la conscience écologique de la population et donc des clients augmente. Les clients attendent de la durabilité et demandent donc de plus en plus de produits et de bâtiments durables.  Et cela entraîne à son tour une poussée d'innovation. L'écologie et la régionalité sont aujourd'hui des arguments de plus en plus importants pour le marketing.

Heiko Thömen: Je constate que l'écologie est de plus en plus perçue par la génération Y et Z comme une solution aux problèmes et non comme un style de vie. Les clients veulent de plus en plus prendre des décisions basées sur des indicateurs. En plus d'un bon sentiment, ils veulent pouvoir inclure des évaluations écologiques compréhensibles dans leur processus de décision. Est-ce que je construis une maison en bois ou est-ce que je mise sur une construction en dur ? Les maîtres d'ouvrage doivent pouvoir prendre cette décision sur la base de chiffres objectifs. Pour cela, il faudra à l'avenir des labels plus compréhensibles et plus standardisés. 

Quel est le rôle des concurrents en tant que moteurs de l'innovation?

Thomas Volkmer: Une très grande! Depuis plusieurs années, la concurrence entre les matériaux de construction est intense. La concurrence avec la construction massive stimule fortement l'innovation dans le domaine des matériaux en bois et de la construction en bois. Les tours en bois en sont un exemple ; il y a quelques années, c'était encore presque impensable. Aujourd'hui, c'est une réalité. Cette lutte concurrentielle va probablement encore s'intensifier à l'avenir. D'une part, en raison de la pression sur les prix et, d'autre part, en raison des alternatives innovantes aux matériaux en bois, comme par exemple les Woodplastic Composites dans le domaine des terrasses.

Birgit Neubauer Letsch: J'observe aussi que les collaborateurs des entreprises font avancer l'innovation. Ils apprennent ici à la HESB tout ce qu'il est possible de faire avec le bois et transmettent ces connaissances aux entreprises. Ils assument ainsi une importante fonction de sensibilisation.

L'innovation permettra-t-elle à l'avenir de concilier encore mieux les objectifs écologiques et économiques?


Thomas Volkmer: La compatibilité de ces deux objectifs est obligatoire. Les considérer séparément ne fonctionnera plus. L'innovation constitue donc l'élément unificateur. Les réactions actuelles de l'industrie le confirment. Ils montrent que les clients sont prêts à payer un prix plus élevé si le produit leur offre une valeur ajoutée significative. C'est donc une chance pour les entreprises d'associer la nécessité écologique à de bonnes caractéristiques de produit afin de pouvoir positionner un produit à un prix plus élevé sur le marché. 

Heiko Thömen: Outre le client, la politique est également sollicitée. Car si nous revenons à l'exemple des panneaux de particules, nous constatons aujourd'hui que les clients ne sont pas encore prêts à payer plus cher simplement parce que le panneau de particules contient du bois recyclé. D'autant plus que le client ne perçoit souvent pas visuellement le produit utilisé. Le fait est que les coûts environnementaux doivent être intégrés dans de tels produits. Le marché libre n'y parviendra pas seul. C'est pourquoi il faut des dispositions réglementaires, mais aussi de l'innovation, pour relever ces défis écologiques et économiques. C'est à nous, scientifiques, de trouver des solutions en collaboration avec les entreprises.

Quelles sont les opportunités et les risques pour le commerce des matériaux en bois à cet égard?

Thomas Volkmer: Une opportunité concrète pourrait s'offrir aux entreprises commerciales dans le domaine des matériaux d'emballage. De la mise à disposition sur le chantier à l'élimination et au recyclage, les entreprises commerciales pourraient marquer des points avec des solutions innovantes. En ce qui concerne la Suisse et l'Europe, je vois des risques dans la pénurie croissante de main-d'œuvre qualifiée. En effet, l'innovation conduit de plus en plus à une évolution vers la haute technologie. Cela entraîne des exigences encore plus élevées en matière de recrutement et de développement des collaborateurs. 

Birgit Neubauer Letsch: Selon moi, les matériaux en bois offrent également des opportunités en termes de pénurie de main-d'œuvre qualifiée. En effet, nous observons de plus en plus souvent dans nos cours pour spécialistes du bois que les participants viennent à l'origine d'autres branches du commerce et qu'ils passent à la branche des matériaux en bois avec la formation continue. Ils reconnaissent les opportunités offertes par la durabilité accrue des produits. Cela peut augmenter l'attractivité pour les personnes compétentes qui changent d'orientation et c'est une chance pour le secteur car, outre la fonction commerciale, le conseil spécialisé devient encore plus important. Les entreprises doivent pouvoir offrir une plus-value différenciatrice grâce à des collaborateurs hautement formés. Le domaine de la formation et de la formation continue restera donc à l'avenir un facteur de succès central. 

Légende de la photo Figure: Thomas Volkmer, intervenant au Meet-In 4. mai 2022

Prix de l'innovation DBS 2022 - Posez votre candidature dès maintenant

Pour la première fois, la DBS décerne un prix de l'innovation sectorielle. Le DBS récompense le développement et la mise en oeuvre d'innovations dans les domaines de l'innovation de produits et de services, de l'innovation de processus et de procédés, de l'innovation de modèles commerciaux ainsi que de l'innovation de gestion et d'organisation. Parce que l'innovation est un travail d'équipe, le prix s'adresse à vos collaborateurs impliqués dans le processus d'innovation.
Posez dès maintenant votre candidature avec votre équipe pour ce prix doté de CHF 5'000. Vous trouverez de plus amples informations ici:

Lien vers le site web

Interview d'André Fischer, Développement d'entreprise | Chef de projet Prix de l'innovation DBS 2022

"Les futurs concurrents pour le commerce sont des écosystèmes commerciaux d'autres secteurs".

Ivo Lenherr est un entrepreneur et un innovateur de la première heure dans le secteur suisse de la construction et de l'immobilier. En tant qu'architecte et membre du conseil d'administration de différentes entreprises et start-up, il se penche sur le changement numérique et les nouveaux modèles commerciaux. Il accorde une attention particulière au rôle futur du commerce. Il compte parmi ses clients aussi bien des PME genauso que des wie dergéants Google de la tech. Il a participé à la réalisation de nombreux projets de construction en bois et apporte une longue expérience dans l'utilisation de matériaux en bois. Dans l'interview, Ivo Lenherr explique pourquoi les modèles commerciaux actuels du commerce des matériaux en bois devront sans doute fortement évoluer à l'avenir. Et il montre les voies possibles pour que le commerce reste compétitif grâce à des écosystèmes commerciaux et à d'autres nouvelles approches de solutions.

Deuxième Partie

Dans quels domaines l'assistance numérique dans le commerce des matériaux en bois sera-t-elle encore plus pertinente à l'avenir du point de vue des clients ?
Je vois ici quatre domaines clés : Premièrement, l'achat des bons matériaux pour le marché de masse. Deuxièmement, comme je l'ai déjà mentionné, dans la vente de produits finis et semi-finis. Troisièmement, la possibilité de découvrir et de mettre en scène les matériaux en bois pour les clients finaux. Et quatrièmement, le commerce doit se poser la question essentielle de savoir pourquoi il existe aujourd'hui. Selon moi, toute entreprise commerciale est avant tout une entreprise de logistique. Et la logistique est et restera d'une zentralimportance capitale à l'avenir. Encore une fois, il s'agira pour le commerce de préproduire des paquets de ressources pour des applications just-in-time sur le chantier. Actuellement, on peut observer que le commerce et le commerce intermédiaire se transforment fondamentalement dans pratiquement toutes les industries. Et cela concernera également le commerce des matériaux en bois dans les années à venir. Le grand défi sera d'obtenir les données du client final afin de cerner ses besoins et de proposer des solutions adaptées. Celui qui ne dispose pas de ces données sera perdant.

Cela ne concerne-t-il que les nouvelles constructions et les grands projets ?
Non, les transformations et les rénovations sont tout aussi concernées. Et la taille du projet ne joue aucun rôle.

À l'avenir, il s'agira de combiner les points de contact en ligne, le service stationnaire et le conseil personnalisé en une expérience client cohérente. Quel est le rôle du conseil personnalisé et comment s'exprime-t-il ?
Prenons l'exemple d'Apple. On s'informe en ligne et on peut en fait obtenir numériquement les
connaissances nécessaires à la décision d'achat. Pour l'entretien de vente personnel dans la boutique, cela signifie que celui-ci devient plus exigeant pour la personne qui conseille. En effet, en tant que client, j'attends une valeur ajoutée sur place sous la forme d'une expérience de marque. Le point de vente devient ainsi un "place to be" qui doit m'offrir une expérience particulière. Le produit me donne la raison de cette expérience, pour laquelle je suis prêt à investir du temps. Apple a compris que chaque monde virtuel a également besoin d'un monde réel pour l'expérience de la marque. Il peut s'agir d'une boutique ou de la connexion d'un matériel comme l'Apple-Watch avec des applications.

Qu'est-ce que cela signifie transposé au commerce des matériaux en bois ?
Je me permets ici de faire appel à mon expérience en tant que partenaire de Conreal. Conreal Swiss AG est un écosystème d'affaires dans le domaine de la construction et une start-up. Nous mettons à la disposition de l'installateur sanitaire tout ce dont il a besoin pour créer de la valeur ajoutée, afin qu'il puisse réaliser un chiffre d'affaires efficace et efficient sur le chantier. Nous lui proposons des visualisations et des offres pour conseiller les clients finaux et nous le soutenons avec un showroom de pointe où il peut envoyer ses clients pour les conseiller. Nous utilisons parfois ce contact avec le client final pour recueillir des données. Ces données nous permettent de créer des solutions adaptées aux besoins des clients finaux, c'est-à-dire des clients de l'installateur sanitaire. Il s'agit donc à nouveau de l'idée du customer-to-business. Le commerce des matériaux en bois pourrait également examiner une approche similaire dans le but de décharger le menuisier.

Jusqu'ici, tout va bien et c'est évident. Mais soyons honnêtes : une seule entreprise commerciale peut-elle faire face seule à ces investissements pour agir de manière innovante sur le marché ?
Personne n'y arrivera seul. Il est important d'investir en permanence dans de petites étapes d'innovation au lieu d'attendre trop longtemps pour vouloir ensuite faire le grand pas décisif qui surcharge l'entreprise sur le plan financier et organisationnel. Pour les PME, il est essentiel que les investissements soient réalisés là où ils apportent le plus aux clients et à l'entreprise. Si un détaillant pense pouvoir continuer à relever seul tous les défis à l'avenir, il aura tôt ou tard perdu. Je suis convaincu que seules des alliances, et non des combattants solitaires, permettront de maîtriser la transformation. Chaque entreprise commerciale devrait envisager l'approche d'un écosystème commercial. Comme je l'ai déjà mentionné, je suis d'avis que les grands "gamechangers" extérieurs à la branche feront irruption sur le marché du commerce. Et ce sous la forme d'écosystèmes commerciaux. Je recommande donc aux entreprises de négoce de matériaux en bois de profiter de la période favorable actuelle pour innover et investir de manière ciblée dans de nouvelles idées d'écosystèmes commerciaux. Il s'agit de trouver les bons partenaires de coopération : les fabricants et les entreprises de logistique ou les prestataires de services, mais aussi les concurrents originaux. C'est à ce moment-là qu'il faut peut-être aussi sortir de sa propre ombre.

Ivo, merci beaucoup pour les interviews.

Vous trouverez un extrait de la liste des projets par Ivo Lenherr en cliquant sur les liens suivants:

https://www.fsp-architekten.ch/publikationen/#/all/baubroschure-kjpz-windisch-2024

https://www.fsp-architekten.ch/projekte/liste/#/all/kinder-u-jugendpsychiatrisches-zentrum-konigsfelden-1191

https://www.fsp-architekten.ch/projekte/liste/#/all/aufstockung-lokwerk-1913

Prix de l'innovation DBS 2022 - Posez votre candidature dès maintenant

Pour la première fois, la DBS décerne un prix de l'innovation sectorielle. Le DBS récompense le développement et la mise en œuvre d'innovations dans les domaines de l'innovation de produits et de services, de l'innovation de processus et de procédés, de l'innovation de modèles commerciaux ainsi que de l'innovation de gestion et d'organisation. Parce que l'innovation est un travail d'équipe, le prix s'adresse à vos collaborateurs impliqués dans le processus d'innovation.

Posez dès maintenant votre candidature avec votre équipe pour ce prix doté de CHF 5'000. Vous trouverez de plus amples informations ici.

La série de blogs "DBS Innovation Impuls" met en lumière des thèmes liés à l'innovation dans le commerce des matériaux en bois. Avec un regard extérieur, des experts sur des thèmes spécifiques donnent des pistes de réflexion et de l'inspiration pour le développement de la branche.

Interview d'André Fischer, Développement d'entreprise | Chef de projet Prix de l'innovation DBS 2022

"Les futurs concurrents pour le commerce sont des écosystèmes commerciaux d'autres secteurs".

Ivo Lenherr est un entrepreneur et un innovateur de la première heure dans le secteur suisse de la construction et de l'immobilier. En tant qu'architecte et membre du conseil d'administration de différentes entreprises et start-up, il se penche sur le changement numérique et les nouveaux modèles commerciaux. Il accorde une attention particulière au rôle futur du commerce. Il compte parmi ses clients aussi bien des PME que des géants de la tech. Il a participé à la réalisation de nombreux projets de construction en bois et apporte une longue expérience dans l'utilisation de matériaux en bois. Dans l'interview, Ivo Lenherr explique pourquoi les modèles commerciaux actuels du commerce des matériaux en bois devront sans doute fortement évoluer à l'avenir. Et il montre les voies possibles pour que le commerce reste compétitif grâce à des écosystèmes commerciaux et à d'autres nouvelles approches de solutions.

Ivo, tu fais avancer la transformation du secteur de la construction et de l'immobilier. Quels sont les thèmes sur lesquels tu te penches actuellement?
Au fond, il s'agit toujours de modèles commerciaux disruptifs. Nous observons en permanence les évolutions dans d'autres secteurs et nous nous demandons quels effets elles pourraient avoir sur le secteur de la construction. Nous élaborons des scénarios d'avenir en nous basant sur des hypothèses. Notre conclusion est toujours la même: la question centrale n'est pas de savoir si, mais quand et comment les modèles commerciaux d'autres branches s'imposeront également dans le secteur de la construction et de l'immobilier.

Où vois-tu les principaux moteurs de l'innovation en matière de modèles commerciaux dans le secteur de la construction?
Les modèles commerciaux disruptifs combinent l'acquisition de données, le filtrage des données et la logistique. Pour cela, il faut garder une vue d'ensemble de toute la chaîne de création de valeur, en partant du client et de son comportement. À l'avenir, nous devrons être capables d'obtenir des données sur les besoins exacts des différents groupes d'intérêts tels que les utilisateurs, les donneurs d'ordre et les propriétaires, etc. afin d'en tirer les conclusions nécessaires à la réussite d'un projet. Du côté de la logistique, il faut tenir compte du fait que le chantier deviendra à l'avenir le lieu où les éléments de construction seront assemblés. On parle ici d'"assemblage". Les éléments de construction seront préfabriqués sous la forme de paquets de ressources et assemblés sur le chantier. Cela signifie que la planification de la production va gagner en importance. C'est un fait. Il est donc d'autant plus étonnant que le secteur de la construction ferme en grande majorité les yeux sur ces changements.

Le secteur de la construction passe donc à côté de tendances porteuses.
Plus précisément, il se trouve dans une sorte de sommeil crépusculaire - un état de relaxation profonde et indolore. La douleur n'apparaît qu'au réveil.

Où as-tu trouvé les raisons de cette situation?
Le secteur de la construction est en plein essor depuis des années. La plupart des entreprises se portent bien, voire très bien. Il règne une pseudo-certitude que cela continuera toujours ainsi et que les choses ne changeront pas. C'est trompeur et, à mon avis, fatal. Car même des entreprises très prospères et mondialement connues comme Nokia ont déjà commis cette erreur. Nokia aussi s'est bercée d'une fausse sécurité. Mais ensuite, tout est allé très vite et en l'espace de quelques années, ils ont pratiquement disparu de la scène. Et ce principalement parce que le management ne réalise pas que les nouveaux concurrents viennent de l'extérieur de la branche. Et c'est ainsi que Nokia n'a pas eu Apple sur son radar. La chute a ensuite été fulgurante. Nous pouvons aujourd'hui tirer des enseignements de cette histoire et de nombreuses autres similaires: Je suis convaincu que dans le secteur de la construction aussi, les concurrents de demain viendront de l'extérieur de la branche et s'imposeront sur le marché. Il pourrait s'agir par exemple de groupes technologiques asiatiques ou américains.

Jetons un coup d'œil sur les futurs clients du secteur de la construction. Les générations Y et Z joueront de plus en plus le rôle de donneur d'ordre et de maître d'ouvrage du côté des clients. Qu'est-ce que cela signifie pour le secteur de la construction?
Les générations Y et Z veulent qu'on les écoute et attendent des solutions qui correspondent exactement à leurs besoins. Ils sont avides de connaissances et de questions. Et ils veulent des solutions rapidement. Pour les entreprises, cela implique un changement radical de mentalité: il faut passer d'une orientation sur l'offre à une orientation sur les besoins centrée sur le client. Nous pensons encore en termes de schémas business-to-business et business-to-customer. Au lieu de cela, nous devrions établir une pensée "customer-to-business".

Customer to Business pour le secteur de la construction - qu'entends-tu par là?
En fait, c'est simple: nous devons apprendre à observer et à écouter attentivement les utilisateurs de l'immeuble afin de développer les solutions à partir de leurs besoins. Ce n'est qu'ainsi que nous comprendrons leurs attentes. Chez fsp Architekten, nous nous sommes par exemple fait un nom sur le marché pour la planification et la réalisation d'univers de bureaux. Sans une compréhension fondamentale des avantages et des clients, et sans la volonté de bien cerner leurs besoins, nous n'obtiendrions jamais les commandes des géants de la technologie ou des PME innovantes. Dans un premier temps, l'inspiration et l'émotion sont de mise. Pour ce faire, nous élaborons une thèse et invitons les clients à dialoguer de manière proactive dans le but de remettre en question la thèse et de la développer. Le client est impliqué dans le processus avec pour objectif de créer une solution commune. Nous essayons de susciter le désir pour un thème et de l'inspirer. En partant du comportement d'utilisation. Nous pensons et agissons donc systématiquement en fonction des besoins et non de l'offre. Ensuite, il s'agit de planifier immédiatement par étapes et d'emmener les clients dans le voyage de manière compréhensible et visible pour eux. Steve Jobs a toujours dit que lorsque le désir est élevé, les projets sont réalisés plus rapidement. Je ne peux qu'être d'accord avec cette affirmation, compte tenu de ma propre expérience.

Examinons de plus près le rôle du commerce des matériaux en bois dans cet environnement. Selon toi, celui-ci a-t-il encore une raison d'être dans sa forme actuelle?
Le bois est un matériau d'avenir, synonyme de durabilité. Je pars donc du principe que la demande va encore augmenter. C'est en soi une énorme opportunité. Les matériaux en bois restent un élément central, en particulier dans la construction en bois en plein essor. De plus, les entreprises de construction en bois sont familiarisées avec les systèmes de préfabrication partielle. Et c'est justement là, à mon avis, qu'il y a une grande opportunité pour le commerce des matériaux en bois: je pars du principe que les entreprises de construction en bois attendront à l'avenir davantage de configurations de base de la part du commerce. Vendre simplement un bon panneau de bois ne suffira plus. Les matériaux livrés doivent être prêts à être mis en œuvre sur le chantier.

L'impact sur les processus du commerce des matériaux en bois serait énorme
C'est exact. Les nouveaux processus auront pour effet de fusionner les plans de production avec les plans d'exécution. Cela réduira le travail du planificateur. Cela signifie à son tour que le constructeur bois élargira sa planification. Le constructeur bois conçoit par exemple un panneau de bois dans un modèle numérique de manière à pouvoir le transformer lui-même. Il devra alors se demander s'il peut construire lui-même le panneau de bois dans la qualité et au prix requis ou s'il l'achète auprès d'un négociant qui propose un centre de fabrication adéquat pour livrer le panneau préfabriqué sur le chantier. Des développements similaires ont déjà eu lieu dans d'autres industries, comme celle des fenêtres. Que font les distributeurs de matériaux en bois eux-mêmes, quel système achète-t-on? Le commerce doit remettre en question ses modèles commerciaux existants. Je pense qu'il sera difficile de survivre en tant qu'entreprise purement commerciale.

À propos d'Ivo Lenherr

Ivo Lenherr est entre autres copropriétaire de fsp Architekten et de sattlerpartner architekten + planer AG. L'entreprise compte environ 60 collaborateurs. Il est également partenaire de l'écosystème d'affaires ConReal Swiss AG. Ivo Lenherr s'intéresse de près à l'évolution future du commerce dans le contexte du secteur de la construction et de l'immobilier. Il a participé à la réalisation de nombreux projets de construction en bois et apporte une longue expérience dans l'utilisation de matériaux en bois. Ivo Lenherr exige de son équipe et de lui-même qu'ils jouent un rôle de pionnier dans le changement numérique dans le secteur de la construction et de l'immobilier, avec un grand esprit de découverte et une curiosité enfantine.

Rendez-vous la semaine prochaine pour la deuxième partie de l'interview!

Chers membres et partenaires DBS


C'est avec plaisir que nous vous présentons les membres du comité fraîchement élus et leurs com-pétences:

https://hwsschweiz.ch/association


Nous nous réjouissons de pouvoir continuer à compter sur vous en tant que membres engagés et partenaires forts!

L'Association Derives du Bois Suisse DBS a été reçue par le conseiller fédéral Ueli Maurer en septembre. La réunion a eu lieu afin de pouvoir discuter des questions relatives au soutien financier de l'économie par la Confédération en raison de la pandémie de Corona ainsi que des préoccupations de l'Association concernant l'ordonnance sur le commerce du bois et l'harmonisation des produits de construction.

La délégation de la DBS a profité de la réception pour exprimer ses préoccupations concernant la nouvelle ordonnance sur le commerce du bois et sa mise en œuvre favorable aux PME. Le conseiller fédéral Maurer a souhaité obtenir des informations plus détaillées de la part du SAP et a promis de prendre en compte les préoccupations des entreprises.

Le Conseil fédéral se prononcera prochainement sur la nouvelle ordonnance sur le commerce du bois (OTC). Selon le calendrier actuel, le projet de loi devrait être à l'ordre du jour avant le milieu de l'année. Il est actuellement prévu que la directive HHV entre en vigueur le 1.1.2022. Selon l'Office fédéral de l'environnement, le processus de consultation n'a pas influencé ou modifié le projet de manière significative.

Les faits les plus importants en bref : La Suisse a une obligation de déclaration pour le bois et les produits du bois depuis octobre 2010. En obligeant tous les acteurs du marché qui fournissent du bois et des produits du bois aux consommateurs à déclarer le type et l'origine du bois, l'objectif est de parvenir à la transparence du marché. En conséquence, l'obligation de déclaration pour le bois et les produits du bois a été ancrée dans la loi sur l'information des consommateurs. En décembre 2010, l'Union européenne a publié le règlement "EUTR". Celle-ci contient une interdiction de la mise sur le marché de bois et de produits dérivés issus de l'exploitation illégale des forêts et oblige tous les acteurs du marché qui mettent du bois ou des produits dérivés sur le marché de l'UE pour la première fois à respecter certaines obligations de diligence raisonnable. L'EUTR va donc plus loin que l'obligation de déclaration. Afin d'avoir des conditions de concurrence équitables - notamment en matière d'exportation de bois - le Parlement fédéral a souhaité la création d'un cadre légal pour l'adoption d'une ordonnance suisse sur le commerce du bois identique à l'EUTR. Le Conseil fédéral met en œuvre cette mesure en modifiant la loi sur la protection de l'environnement. Cela a un impact direct sur les importateurs : à l'avenir, des informations sur l'application de la diligence raisonnable et l'évaluation des risques devront être préparées pour les importations de bois et de produits dérivés. Une charge administrative plus importante est à prévoir pour tous les importateurs suisses. Le HWS s'engage à une mise en œuvre de la HHV adaptée aux PME et "allégée" et informera ses membres et partenaires dès que des résultats concrets seront disponibles.

HWS
Radgasse 3
8005 Zürich
HWS HOLZWERKSTOFFE SCHWEIZ | FACHVERBAND DES HANDELS
DBS DERIVES DU BOIS SUISSE | ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DU NEGOCE
MLS MATERIALI A BASE DI LEGNO IN SVIZZERA | ASSOCIAZIONE COMMERCIALE
Verband Holzwerkstoffe Schweiz (HWS) ©2021 / Design und Realisierung by FREI connect AG
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram